Notre accueil au Bénin

L’accueil (31.05.14)

Après 10 heures de voyage nous atterrissons à Cotonou, la capitale économique du Bénin. Nos premiers pas dans ce pays sont accompagnés d’une chaleur étouffante. Après quelques formalités administratives et les retrouvailles avec nos 17 valises nous sortons de l’aéroport accompagnés de 3 étudiantes infirmières de Delémont qui effectuent également un stage avec Feed Needs. A la sortie, une bonne centaine de personnes attendaient et parmi eux un homme avec une pancarte FEED NEEDS. Cette vision fût pour nous une réelle délivrance. C’était Lazare accompagné de «Maman Jeanne », 2 employés de l’association. Après avoir passé 1 heure à tenter de faire rentrer 23 valises et 10 personnes dans 2 voitures nous sommes partis en direction du QG de l’association. Deux vessies pleines et 170 tonnes de CO2 inhalés plus tard nous arrivons dans une superbe maison. Nous sommes, en effet, très étonnés du confort que nous y trouvons : eau courante, bidet de toilette et matelas, nous nous étions préparés au pire !

1ère journée

Après une bonne nuit de sommeil ainsi qu’un petit déjeuner copieux : pain toast, confiture, « nutella », café et thé, nous nous sommes rendus au dispensaire afin d’y rencontrer Natacha, la doctoresse et Justine l’infirmière qui va nous suivre pour les stages. Sur les cinq minutes de routes qui sépare la maison de l’association du dispensaire, une vingtaine d’enfants nous ont fait leurs plus beaux sourires, en s’exclamant : « Yovo, yovo ! » ce qui signifie « L’homme Blanc ». L’accueil au dispensaire fût si chaleureux que nous en avions la larme à l’œil.

En rentrant, nous avons été « baptisés » avec des noms locaux : Maissa a été ainsi nommée « Akwefa » qui signifie « la paix au foyer », Naema « Kekelly » qui signifie « la lumière », Selim « Finagnon » qui signifie « où il y a la paix » et Boris « Djidjoulé » qui signifie « celui qui amène la joie ». Puis, nous avons eu droit à un cours de Fon, la langue nationale. « Bonjour » se dit « A fon an », « Comment t’appelles-tu ? » se dit « Nin anonyii » et « Merci » se dit « Awanou »…

Après avoir pratiqué le Fon, nous sommes partis pour la « Venise de l’Afrique » ou Ganvié. Nous avons quitté les routes tortueuses de Cotonou pour une pirogue confortable afin de voguer au gré des flots. Quelques kilomètres plus tard nous arrivions dans ce magnifique village sur pilotis. Un paysage magnifique rempli d’habitations qui ne s’atteignent que par la voie marine.

2ème journée 

Lever de bon matin car le médecin doit venir voir le matériel que nous avons apporté et, ainsi, nous dire ce qui ira pour le dispensaire et ce qui sera plus utile à l’hôpital.

L’après-midi, départ pour Ouiha, où se trouve le temple préféré de Naema, le temple des pythons… Une visite remplie d’histoire et de culture qui se termine, pour ceux qui le pouvaient, par un petit câlin avec les pythons sacrés. Pour continuer dans notre découverte du pays, nous avons alors pris la routes des esclaves, accompagnés d’un excellent guide qui a su nous faire revivre le calvaire de ces prisonniers de l’époque.

 

3ème journée

Matinée 100% administrative, enregistrement aux diverses ambassades change de monnaie, achat de cartes téléphoniques, …

Nous partons alors en direction de Comé, la ville ou se trouve l’hôpital de zone qui va nous recevoir pour les 4 premières semaines de stage. Sur place, nous rencontrons notre famille d’accueil : Brigitte, Rodolphe, leur 3 enfants (1,3 et 6 ans) et leur 2 nièces. Des personnes vraiment charmantes qui nous mettent tout de suite à l’aise et qui nous invitent à sortir, découvrir la « Béninoise en bouteille », une « petite » bière du pays.

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×